Article - Avis aux activistes : le nouvel outil de campagne est disponible !

Posté le 31/07/2016 dans Meilleur fonctionnement de la démocratie.

Cette nouvelle application de NousCitoyens permet aux mouvements citoyens de donner du poids à leurs revendications. Le lieu idéal pour poser votre question aux décideurs politiques ! La révolution digitale au service du dialogue entre les citoyens et leurs représentants !

Dans une démocratie représentative, le minimum dû au citoyen est une transparence sur les actes politiques des représentants. Si l’électeur doit céder le pouvoir à des députés, il est logique et souhaitable qu’il connaisse bien ceux en qui il place sa confiance.

Pour que les sources d’information, comme le Répertoire Politique, donnent pleine satisfaction, il faut une collaboration de la part des acteurs politiques. Ils doivent remplir leur profil et manifester leurs positions politiques. Certains mandataires se disent noyés de demandes. NousCitoyens leur facilite la tâche en groupant les questions, en les formatant sous forme de questions fermées, en rendant les réponses aisément consultables. L’acteur politique n’a plus qu’à répondre une seule fois à la même question. Les suivants ne devront plus déranger le mandataire : ils trouvent la réponse gratuitement dans le Répertoire Politique.

Si vous vous intéressez à une question précise, p.ex. la taxe patrimoniale, vous pouvez connaître la position des acteurs politiques, comme suit :

Sur la page www.repertoirepolitique.be cliquez sur « recherche avancée » > « voir les positions ». Dans le menu « choisissez le thème », sélectionnez « fiscalité ». Là, vous trouvez la phrase « Il faut remplacer les droits de succession et d’enregistrement par un impôt annuel basé sur une déclaration de patrimoine. ». Sélectionnez-là et cliquez sur « Lancer la recherche ». Le 25 juillet 2016, le résultat donne une liste de 216 acteurs politiques. (Le visiteur gratuit verra les 20 premiers). Si vous voulez affiner la recherche en filtrant sur d’autres critères, cliquez sur « Retour à la recherche » > « Recherche avancée » > « Plus de critères ». Dans le menu « Membre d’un parlement », par exemple, sélectionnez « N’importe quel parlement ». Ensuite cliquez, par exemple, sur « Voir les positions » pour y décocher, en bas, les réponses « ne se prononce pas », « plutôt pas d’accord », « pas du tout d’accord ». Le résultat donne une liste de 23 députés favorables à cette taxe patrimoniale. Vous pouvez cliquer sur le nom d’un acteur pour basculer vers son profil personnel. Là, vous cliquez sur l’onglet « Les opinions de l’acteur politique » pour visualiser l’ensemble de ses réponses aux questions du Répertoire Politique, avec la possibilité de sélectionner un thème.

Depuis fin 2015, n’importe qui peut proposer des questions à ajouter au Répertoire Politique. NousCitoyens offre un service appelé « sondage des acteurs politiques » décrit sur son site.

La nouveauté de cet été 2016 est la « page de campagne », qui permet de « booster » la question. Le promoteur de la question invite le public à visiter cette page, par les moyens habituels (réseaux sociaux, mailing électronique, publications web, annonces dans la presse). Là, le visiteur reçoit la liste des mandataires politiques en défaut de réponse. Le visiteur peut sélectionner trois acteurs politiques à qui il souhaite envoyer un rappel (p.ex. ceux de sa commune). Un simple clic et le(s) rappel(s) sont envoyés. Une fois qu’il a répondu, l’acteur politique a la garantie qu’il ne sera plus interrogé sur cette question par les utilisateurs de notre système.

Des exemples de campagnes sont renseignés dans notre page spéciale de campagnes.

Conformément à ses statuts, NousCitoyens reste neutre, et met son outil à disposition de tous les citoyens et institutions intéressés. La page de campagne indique qui est l’initiateur de la campagne. Ce dernier ne doit pas nécessairement être neutre. Les notices qui accompagnent les questions (posées aux mandataires publics), sont publiées sous la responsabilité de NousCitoyens, et se veulent neutres.

Jean-Paul Pinon, 25/7/2016

Les commentaires sont fermés.